Campaign of the Month: December 2021

Le Sang versé d'Occitanie

La Relique

Ars Magica :: Récit 2.4, Hiver 1205

b_relique.png

Contribution de Yakurou
⇝ Introduction : La Visite b_visite.png

Les bruits de pas résonnaient dans le couloir vide.
Comme l’impose le protocole, Hugues fit claquer ses bottes au sol, et après avoir fait demi-tour, arpenta le couloir dans l’autre sens, pour revenir à la salle de garde.
En passant, il jeta un regard sur les trois silhouettes dernièrement arrivées. Deux demoiselles, et un chevalier, qui avait été accusé d’un vol de relique! le monde ne tournait pas rond ces temps-ci… Et si même les chevaliers se livraient au brigandage, l’avenir promettait d’être sombre. Ils étaient plutôt calmes, et ce n’était pas pour déplaire aux gardes.

Alors qu’il retrouvait la chaleur du poste de contrôle des geôles, où un feu brûlait et éclairait la petite salle d’une lumière tamisée, il remarqua que les serviteurs avaient apporté un plateau de nourriture, dans lequel il alla piocher.


La journée avait pourtant bien commencé pour le trio de compagnons de l’alliance de la crête de brume. Après une matinée de marche, Mélissandre, Aurélia et Christole avaient atteint la foire de Tarascon, où ils devaient chercher provision et matériaux magique pour les mages de l’alliance. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce qu’ils surprennent une conversation.

Un berger, qui assurait à qui voulait bien l’écouter que les Maures étaient de retour dans la région, venu venger une défaite passée, et remettre la main sur leur trésor. Une histoire à dormir debout, comme on peut en entendre beaucoup sur les foires. Mais un détail avait mis la puce à l’oreille de la jeune voleuse, dont l’attention avait été attirée par le mot “trésor”.

Un homme d’assez forte carrure, semblait curieusement anxieux à l’idée que des Maures avaient été repérés. Après une concertation rapide, l’idée de le suivre, et de peut-être en apprendre plus sur ce trésor, fut acceptée à l’unanimité.

Alors que l’homme était sorti de la ville, et qu’il s’aventurait sur un chemin peu fréquenté, Christole l’interpelle, lui proposant son escorte. Nerveux, l’inconnu refuse, et continue son chemin. Christole, Aurélia et Mélissandre le suivent. Voyant cela, il dévie de sa route, et passe à travers champs pour retourner à la ville.

Le groupe de compagnons se sépare. Plus habituée à la ville, Mélissandre suit l’homme, alors qu’Aurélia et Christole continuent sur le chemin jusqu’à une chapelle dans un bosquet clairsemé, qui semble occupé. Des moines sont à l’intérieur, priant Sainte Fabia.
Quand le silence se fait à l’intérieur, les deux compères comprennent qu’ils sont repérés. Ils décident alors de rentrer dans la chapelle, et découvrent 6 personnes, dont l’un semble de sang noble.

Aurélia en profite pour aller prier, et pour fouiller l’endroit des yeux. Elle repère des sacs de voyage. Les moines ne semblent pas hostiles, mais ne sont clairement pas honnête, et affirment être présents pour la foire. Serait-ce donc les Maures dont a parlé le berger?

Ne pouvant en apprendre plus, ils repartent vers la ville, où ils retrouvent Mélissandre qui les attendait, mais qui n’avait rien à leur apprendre : L’homme avait échappé à sa vigilance dans les ruelles.

Tous trois décident d’attendre les moines, qui de toute évidence vont arriver en ville, mais c’est une autre personne qui va attirer leur attention.

L’inconnu nerveux repasse devant eux sans les repérer, et ressort de la ville. Discrètement, les trois acolytes le suivent. Il se dirige vers la chapelle, où il prévient les moines que des gens les ont remarqués. Précipitamment, et malgré l’heure tardive, le groupe prend la route, aussitôt imité par les trois compagnons de mage.

Alors que le soleil termine son voyage, les moines entrent dans une auberge, où les trois compagnons les retrouvent un peu plus tard. Deux autres groupes sont présents dans l’établissement. Des mercenaires, et un marchand et sa suite.

Alors que les hommes d’armes et les moines commencent à trinquer et à parler religions, le marchand semble vouloir rester à l’écart. Ils expliquent transporter une relique de Don Jesus Alexandro Xavier de la Purification y Socoro, sans pour autant donner plus d’informations sur l’endroit où ils se rendent. Comprenant qu’ils n’étaient probablement pas à la poursuite d’un trésor, et voyant qu’ils faisaient extrêmement attention à la relique, malgré leur état d’ébriété.
Il ne faut que peu de temps avant que tout le monde aille dormir.

C’est pendant la nuit que le drame survint. Un des moines a été attaqué, juste devant la porte, et la relique volée. Alors que les soldats essayent de comprendre ce qui s’est passé, ils fouillent les lieux à la recherche de la relique perdue. Le marchand étant parti tôt ce matin-là, c’est vers nos trois compagnons que les soupçons des hommes d’armes se tournent, soupçons qui sont confirmés, quand ils retrouvent dans les affaires de Christole, l’étoffe qui entourait la relique. C’est ainsi que nos trois compagnons finirent dans les geôles de la ville de Foix.


Alors que Hugues suçait un os de poulet, pour ne pas en gâcher une miette, des éclats de rires se firent entendre dans les couloirs. Des éclats de rire venant de deux de ses collègues, qui firent irruption dans la salle.
“Les gars! Vous en avez raté une bonne ce soir!”
Devant les regards interrogateurs, il continua
“- Y a trois messagers qui sont arrivés juste avant la nuit. Ils viennent de Péreille qu’ils disent. Je crois que j’avais jamais vu quelqu’un comme ça avant. Il est rentré dans la salle du banquet, il a fait son charabia habituel. Pis après, il a continué sans d’mander, j’crois qu’il a même coupé la parole à un baron. vous auriez dû voir la tête du bougre!
-La vache. J’aimerais pas être à sa place.
-Ah, mais nan! Le baron, il a rien dit du tout! Le compte a laissé parlé l’messager. J’crois qu’il voulait pas faire d’histoire ce soir. M’enfin, sont vraiment bizarres ces messager.
-J’aurais voulu voir ça. Ils sont où maintenant?
-Ils vont passer la nuit ici. Tu les verras p’têtre demain! Tu peux pas les louper, il y a un grand gaillard, avec les cheveux roux. Et pis deux p’tit bouts d’femmes avec qui j’aimerais bien passé la nuit tient!

Comments

Kapryss

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.